DSC_1063

Le Tonlé Sap


Le Tonlé Sap est le plus grand lac d’eau douce d’Asie du sud-est, une réserve d’eau et de faune gigantesque, dont le niveau d’eau fluctue entre 2 et 15m de haut entre la saison sèche et la saison des pluies.

On y trouve des villages construits sur l’eau sur pilotis ou tout simplement flottant, une réserve ornithologique réputée, des forêts inondées et des villages flottants. Au départ de Siem Reap, Phnom Penh ou Battambang, plusieurs circuits touristiques permettent de s’y rendre, mais nous avons eu la chance d’y aller vraiment hors des sentiers battus.

Notre ami Éric vit au Cambodge depuis huit ans. S’il est apiculteur, il a aussi travaillé avec plusieurs ONG, et il a notamment bossé pendant trois ans sur le village flottant de Prek Toal, avec Osmose. L’idée est d’aider à la préservation du lac, notamment en luttant contre la prolifération des jacinthes d’eau, une plante invasive, tout en permettant aux familles d’avoir des revenus qui ne soient pas liées à la pêche. Osmose s’est aperçu que les femmes du village savaient tresser les racines des jacinthes d’eau et a encouragé le développement de cet artisanat tout en développant l’éco-tourisme autour du projet (organisation de visites, création d’un restaurant communautaire – délicieux !).

Nous avons visité le village flottant, où tout flotte : l’école, le café, l’épicerie, les maisons, la ferme de crocodiles, le bassin de pisciculture, les jardins potagers, les animaux domestiques, et même l’église ! Des visions étonnantes, et partout le même sourire des gens. Pas de doute, nous sommes au Cambodge !

L’agencement du village change au cours de l’année. Quand les eaux baissent les maisons sont en enfilade le long du lit de la rivière. Mais quand le Mekong remplit la zone et que l’eau recouvre les forêts, les villageois disposent leurs maisons flottantes en quadrillage comme au centre ville de nos cités terrestres. Le manque d’eau cette  année nous le fait découvrir en long, une perspective qui semble inquiéter les personnes autour de nous et de l’impact des barrages à l’amont sur l’équilibre du lac.

Des choses encore moins reluisantes aussi, comme le chenal sur lequel nous sommes partis en bateau à l’assaut du grand lac, et qui était un véritable égout, aux eaux noires et puantes, dans lequel étaient rejetés tous les déchets imaginables. Il y a encore du boulot en termes de sensibilisation aux dangers de la pollution puisque on a vu des gens se baigner là. En même temps nous et nos heures de vols longue distance pour arriver là sommes mal placés pour les leçons de connaissance voire de morale.

Nous avons eu l’occasion de faire une initiation au tressage, et nous sommes repartis avec un gros cadeau pour nous… qu’on va devoir balader encore quelques semaines ! Saurez-vous le retrouver sur les photos ?

 

3 réflexions sur “ Le Tonlé Sap ”

  1. C’est cool de suivre votre périple. Pierrot était de passage la semaine dernière, on a d’autant plus pensé à vous :-)
    Profitez bien de vos dernières semaines.
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *